Ressources documentaires

Comprendre et agir

Pour les énergies renouvelables, inépuisables, on ne parle pas de « réserves » mais de « potentiel » annuel de production.

 

Panorama des ordres de grandeur

des réserves et potentiels énergétiques

(Assemblée Nationale / rapport d’information / juillet 2009)

 


 

 

  • Énergie solaire

 

La maîtrise de l’énergie solaire semble aujourd’hui un pari à la portée de l’humanité, pour assurer un développement non polluant et qui ne subit pas de fortes inégalités de dotations naturelles. Sa nature intermittente la rend toutefois tributaire de technologies annexes, notamment dans le domaine du stockage.

Les avantages de l’énergie solaire ne sont plus à démontrer. Elle est inépuisable et n’engendre aucune pollution d’aucune ressource naturelle que ce soit. En termes économiques, elle est gratuite et réunit tous les caractères d’un bien collectif ce qui la déconnecte des variations des cours des matières premières. Les coûts de production sont donc essentiellement des coûts fixes, peu dépendants des quantités produites, au contraire des centrales thermiques ou nucléaires utilisant des énergies fossiles, dans lesquelles les coûts marginaux représentent l’essentiel des sommes engagées.

La quantité d’énergie solaire reçue par la Terre est considérable. Chaque année, c’est l’équivalent de 8000 fois la consommation énergétique mondiale annuelle.

Exploiter seulement 0,01% de cette énergie suffirait donc à couvrir l’ensemble des besoins énergétique de la planète.

 En France, 5.000 km2 (soit la superficie du département du Jura) de panneaux solaires photovoltaïques « suffiraient » à assurer notre consommation électrique nationale

En savoir plus : http://www.futura-sciences.com/.

 

Énergie solaire reçue en kWh par m2 de surface en France métropolitaine

 

 

 

 

 

 

 

Programme européen Photovoltaic Geographical Information System (PVGIS) En savoir plus

 

  • Énergie éolienne :

 

Second gisement éolien d’Europe après le Royaume-Uni, la France développe actuellement l’exploitation de son important potentiel éolien. Selon EDF, « parmi les énergies renouvelables, l’éolien a le plus fort potentiel de développement et représentera une part majoritaire dans la production d’énergies renouvelables hors hydraulique. L’éolien apportera ainsi sa contribution à l’indépendance énergétique de la France ».

Le parc de production éolien installé en France en juillet 2011 est de 6 316 MW.

En savoir plus par région française : http://www.suivi-eolien.com/

 

Atlas européen des vents développé par le laboratoire national danois RISO

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source :  http://www.energieplus-lesite.be/energieplus/page_16663.htm

 

  • Énergie hydraulique

 

L’hydroélectricité est la deuxième source d’énergie électrique française (11%) derrière le nucléaire.

En France, on estime que 90% du potentiel hydraulique est exploitée. Cela ne laisse pas beaucoup de possibilités de développement pour des projets de grande ampleur.

Un plan de relance de l’hydroélectricité annoncé en 2008 par l’Etat français vise une augmentation de 10% de la production hydroélectrique française d’ici 2020.

Pour en savoir plus : le potentiel hydroélectrique français

 

  • La géothermie

 

La France recèle dans son sous-sol un véritable trésor géothermique dont une infime partie est aujourd’hui exploitée, que se soit par la géothermie basse énergie ou par les pompes à chaleur (géothermie très basse énergie).

On dénombre seulement 65 installations dédiées au chauffage urbain réalisées pour l’essentiel dans les années 1980.

Elles assurent la couverture des besoins d’environ 200 000 équivalent-logements.

Pour en savoir plus : Carte du potentiel géothermique français

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Source : BRGM

 

  • La biomasse

 

La biomasse pour la production d’énergie est la première source d’énergie renouvelable de notre pays.

La biomasse représentait en 2007 :

  • 71 % de la production de chaleur renouvelable
  • 50 % de la production totale d’énergie renouvelable (chaleur, électricité et carburants)
  • 5 % de la consommation finale d’énergie de notre pays.

 

La biomasse peut être valorisée énergétiquement sous forme de chaleur, de carburants et d’électricité.

La forêt couvre 28 % de la surface du territoire français soit 15 millions d’hectares. Son taux de croissance annuelle est d’environ 1 %.

En France, la récolte annuelle de bois (52 millions de m3 en 2003) est inférieure à la production biologique de la forêt (125 millions de m3).

Le massif forestier français, qui est l’un des plus importants d’Europe, a augmenté de moitié depuis 1950.

Le potentiel forestier national est donc très important mais il est largement sous exploité, principalement en raison du morcellement de la propriété forestière (propriété privé / domaine public).

Une étude du CEMAGREF (En savoir plus)  réalisée en 2007 évalue la ressource supplémentaire mobilisable à 21 millions de m3 à l’horizon 2020 tout en respectant les conditions d’une gestion durable.

 

Pour en savoir plus sur la biomasse en France :

La biomasse en France  (Syndicat des énergies renouvelables)

La biomasse 1ère source d’énergie renouvelable en France !